Ce site internet utilise des cookies afin de fournir différentes fonctionnalités, de personnaliser les annonces et d'analyser les accès. En utilisant ce site internet, vous acceptez l’utilisation de cookies. Informations complémentaires  OK

Quoi de nouveau ?

Nicolas Charnet


Free Membre, PARIS

Opéra de Vichy

Opéra de Vichy
Série : un passé qui ne passe pas

La Belle Époque marque la seconde grande campagne de construction de Vichy : en 1903 sont inaugurés l'Opéra, le hall des sources, et le grand établissement thermal de style oriental. En 1900, le Parc des sources est ceinturé d'une galerie couverte métallique qui provient de l'Exposition universelle de 1889. Longue de 700 mètres, elle est ornée d'une frise de chardons et fut réalisée par le ferronnier Émile Robert. Des hôtels particuliers et palaces, aux références architecturales les plus variées, sont élevés dans la première moitié du XXe siècle.

La vie thermale connaît son apogée dans les années 30. L'Opéra de style Art nouveau, inauguré en 1903, accueille tous les plus grands noms des scènes internationales : Vichy devient la capitale estivale de la musique en France.

L'entre-deux-guerres verra une reprise du thermalisme mais la ville reviendra bien malgré elle sur le devant de la scène au moment de la Seconde Guerre mondiale. Suite à l'armistice signé le 22 juin 1940, la zone non occupée par les allemands prend le nom d'État français et s'installe à Vichy le 1er juillet, en raison de sa relative proximité avec Paris (4 h 30 par l'autorail) et parce que c'est la ville présentant la seconde plus grande capacité hôtelière de l'époque. De plus, l'existence d'un central téléphonique ultra-moderne permet de joindre le monde entier, et notamment Washington encore non engagé dans le conflit, d'un coup de fil.

Le 1er juillet, le gouvernement prend possession des très nombreux hôtels. 600 parlementaires (députés et sénateurs) vont rejoindre Vichy pour la réunion des Chambres. Les 9 et 10 juillet, dans la salle de l'Opéra, les parlementaires votent la fin de la 3e République. Le régime républicain est aboli, l'État français, avec à sa tête Philippe Pétain, Chef d'État, le remplace (seuls 80 parlementaires sur 600 ont affirmé leur opposition)

Commentaire 0