Ce site internet utilise des cookies afin de fournir différentes fonctionnalités, de personnaliser les annonces et d'analyser les accès. En utilisant ce site internet, vous acceptez l’utilisation de cookies. Informations complémentaires  OK

Quoi de nouveau ?

légende


Free Membre, Tarn

SDT : ...tic tac...

...tic tac........prendre le chemin c'est l'heure de travailler le temps continu sa course
les aiguilles dévorent les minutes inlassablement imperturbables
le cœur des machines bat à tout rompre il gronde...vite...
vite....l'usine à besoin de son quota d'hommes
...tic tac.......
pointer travailler manger courir tourner virer suer ...
...vite.. le temps s'égraine..il nous poursuit il nous précède...
baisser la tête manger frapper tordre usiner...
la "bête" ouvre grand ses fourneaux...elle a faim !
...tic tac......
ne pas penser travailler besoins...vite...1 sous 2 sous..
pas assez saoul pour réagir..usé...s'usiner..
encore et toujours ce temps qui pointe ses aiguilles
vite...enfourner jeter courir frapper bruler..
...tic tac......
baisser l'échine comme une bête de somme..rendement...
besoins ..vite... travailler fer eau feu...vite tout est chaud
pas le temps elle grignote dans mon dos elle résonne
plus vite pour gagner du temps.... pourquoi faire ?
.........tic.......tac..............
...tic.......tac.............................tic......... pourquoi ?
.....................STOP !
..........
....
sortir et respirer la Vie, crier sa liberté, hurler son envie de Vivre,
Vivre ce peu de temps qui nous est alloué, Vivre pleinement l'instant,
le partager, l'offrir à ceux et pour ceux que nous aimons, savourer....
car l'horloge continue à tourner...inexorablement ..........tic...tac..tic..........

Commentaire 2

  • cuisinefrançaise 05/05/2008 9:38

    Oui, elle a raison, Anne, le flou de tes photos est comme la mémoire qui revient doucement, le vécu adoucit par la distance dans le temps.
    La pointeuse, les trois-huit, les bruits des machines, de la sirène et des marteaux qui ont rythmé notre vie à tous.
    La sacoche de mon père, imprégnée de l'odeur du métal chaud et du casse-croûte.
    La bouteille de limonade (comme celle à gauche dans le panier), qu'il ramenait souvent pour nous. Car, grâce aux syndicats, ils avaient droit aux boissons à volonté, les travailleurs de l'aciérie.
    Et après le travail la douceur de la vie en famille, avec les voisins, dans le quartier d'ouvriers.
    Enorme, tout ce que tu as su mettre dans tes deux photos et tes mots rythmés!
    Très beau!
  • Anne49 03/05/2008 18:23

    J'aime beaucoup le flou dans ce montage parce qu'il symbolise bien une vision de la mémoire.
    Vivre sans l'heure c'est le bonheur !
    Bien amicalement
    Anne

Mots clés

Information

Catégorie Special
clics 630
Publiée
Licence