Ce site internet utilise des cookies afin de fournir différentes fonctionnalités, de personnaliser les annonces et d'analyser les accès. En utilisant ce site internet, vous acceptez l’utilisation de cookies. Informations complémentaires  OK

Quoi de nouveau ?

iguane


Free Membre, Luxembourg
[fc-user:968762]

A propos de moi

iguane N'a pas encore donné d'indication sur lui-même.


Commentaire 7

  • iguane 22/06/2007 2:08

    instantanés

    Se savoir être aimé est la récompense ultime et elle contribue certainement à l’enrichissement du bien-être.
    C’est effectivement ce que l’on nous a inculqué depuis des générations.
    Mais vivre des instants inopportuns, comme cette relation inadaptée à mes yeux, entraîne une quintessence d’instantanés teintant le quotidien de moments inoubliables.
    Chacun a ses petits flashs, remémorant des instants de bonheur.
    Là, c’est l’apogée, mes moments de solitude se comblent d’instantanés et les senteurs m’enivrent.
    Mais que se passe t-il donc ? Ais-je donc perdu mon esprit cartésien ?
    Ce n’est qu’une jeune femme me raisonnais-je et j’ai quelques expériences en la matière.
    Je tente de me persuader que c’est parce que cette relation est nouvelle, éphémère, inespérée, mystérieuse, et sans engagement qu’elle me parait si envahissante.
    Cette fois nous nous sommes quitté au petit matin, parmi les odeurs de café et d’après rasage. Le romantisme se perd.
    Il ne me reste que quelques instantanés et plus rien à dire …inexorablement plus rien à dire …

    Robert T.
  • iguane 22/06/2007 1:41


    La corde

    Elle se prénommait en « Italien » bien sur, j’aurai du me douter, que ce hale était inné et ne provenait pas d’une exposition contrôlée au soleil d’hiver.
    Elle est revenue , et malgré une certaine joie de la revoir, une seule question me lancinait l’esprit, qu’elle en était la cause ? Je ne pu me retenir et lui posa cette question sans détour, Qu’attendais t-elle de ces rencontres sporadiques ?
    Elle me souffla à l’oreille « tu es ma corde », et que grâce à cette corde je peux m’extirper d’un environnement contraignant.
    Je ne suis donc qu’une échappatoire …
    Et à nouveau l’étreinte, mon anéantissement, l’endorphine qui m’envahi … la régénération de mes sens, et cette corde qui me hante et ses courbes marquées à jamais dans mon esprit.
    Je n’en puis plus, il fallait que cette relation qui m’apparaissait sans avenir s’arrête là !
    Elle avait, sans aucun doute compris ce qui se passait dans ma tête submergée par le doute. Ne suis-je donc qu’un objet ?
    Elle me murmura « pitié, ne coupe pas la corde ».
    Les mots venaient à nouveau de rompre un incroyable moment de doute. …..Rien à ne dire vraiment plus rien…

    Robert T.
  • Jean Exiga 21/06/2007 23:02

    Belle écriture ! l'auteur est sensible au mystère féminin , mais aussi à l'innocence enfantine qu'il représente vraiment TB.
    Cordialement.
    Jean EXIGA
  • iguane 15/06/2007 10:27

    et plus sur www.rtihon.fr.tc/photo
  • Gregorio Pezzo. 09/06/2007 17:56

    Merci beaucoup de pour
    ton commentaire gentil.
    Greg.

  • Dennis Spohr - Photographer and Digital Artist 06/06/2007 15:35

    Salut!
    Bienvenue au sein de fotocommunity! Je te souhaite de nombreuses et belles fotos!
    Amicalement, Dennis

  • iguane 03/06/2007 18:16

    Moments inespérés.

    Quelle était belle !!! Juste sortant du bain et se dirigeant vers le lit, un drap pour tenter de cacher sa nudité.

    Elle se coucha en travers du champ de bataille qu’était devenue ma couche, j’apercevais son intimité et cette courbe parfaite légère, halée, certainement tant désirée.

    Mais que faisait-elle là, mon esprit se torturai en vain pour associer une logique à cette situation, moi la cinquantaine, et cette jeunesse, je n’avais pourtant pas rêvé !

    Il n’y avait rien à dire, ni compliments, ni remerciements, tout c’était passé dans le désordre des choses, c'est-à-dire à ravir.

    Les mots pourraient tout changer et condamner cet instant idyllique en une effroyable erreur. Je me tus. Pas de « cela t’a plus, reviendras-tu »….

    J’imprégnais ma mémoire de ces instants d’étreintes et tentait d’y garder en vain les effluves de son corps.

    Elle venait de se retourner et d’un regard me fit entendre que le silence ne devait pas être rompu.

    Elle me sourit et d’un mouvement souple tendis sa main vers mon visage, cette caresse inattendue comparable à celle d’une mère vers son enfant provoqua en moi un trouble perceptible.

    Et à cet instant, elle plongea ces yeux marron au plus profond de mon regard et là, l’irréparable, l’incommensurable « je dois y aller » sonna tel le glas.

    Les mots venaient à nouveau de rompre un ineffable moment d’espérance. …..Rien à ne dire vraiment plus rien…
Donné
  • 5 Favoris
  • 0 J'aime
  • 31 Commentaire
reçus
  • 4 Favoris
  • 0 J'aime
  • 49 Commentaire