Nous utilisons des cookies, afin de personnaliser les contenus et les publicités et d'analyser les accès à nos sites internet. En outre, nous transmettons des informations sur ton utilisation de nos sites internet à nos partenaires pour e-mails, publicité et analyses. Voir détails

Quoi de nouveau ?

Mijo D.


World Membre, Saint Etienne L'Allier

28 février/1er mars, une petite vie d'oiseau...

Depuis que Moscou/Paris s’est abattu si violemment et si froidement sur la France, les oiseaux du jardin sont apparus en masse autour de la mangeoire et des différents points de nourriture dispersés autour d’elle. On ne pouvait plus les compter et je garnissais tous les jours la grande mangeoire prise d’assaut et dévalisée en une journée.
Sur la terrasse, j’avais remarqué ce moineau friquet que j’avais pris pour un jeune né précocement, parce qu’il avait gonflé ses plumes comme le font tous les jeunes et qu’il ressemblait ainsi à une petite boule, alors qu’à l’ordinaire ces oiseaux sont plutôt minces et élancés.
Il se tenait immobile au soleil, les yeux a demi fermés, et ne bougeait pratiquement pas, sauf si je m’approchais d’un peu trop près. Il s’envolait alors et çà me rassurait un peu. Le 28 février, il s’était perché sur la fontaine, toujours en boule, mais il buvait et bougeait, j’avais donc pensé qu’il avait repris le dessus. Mais la neige est arrivée ce 1er mars et elle lui a été fatale. Je l’ai photographié à midi, devant la fenêtre de la cuisine, mais je ne me doutais pas qu’en sortant à 18 heures pour fermer les volets, je le trouverais mort sur le paillasson devant la porte.
Des oiseaux morts j’en ai vu beaucoup. Soit parce qu’ils étaient malades, comme lors de la grippe aviaire où les verdiers avaient été quasiment décimés, et où l’on avait assisté plusieurs fois à cette scène cruelle, lorsqu'une pie sans crier gare, fondait sur un oiseau malade qui se blottissait aux sol près de la mangeoire... et l'emportait d'un coup d'ailes. La première fois, la brutalité de la scène nous avaient laissés sans voix. D’autres sont morts, blessés par les chats du voisinage, d’autres sans que l’on sache pourquoi, mais je n’ai jamais pu rester insensible en tenant ces petites boules de plumes dans mes mains, juste une petite vie d’oiseau, envolée pour la dernière fois.

Commentaire 21

  • redfox-dream-art-photography 16/03/2018 13:53

    Superbe! Tres belle fotos!
    Wonderful pictures! Very well combined!

    best wishes, redfox
  • Thierry Soupault 14/03/2018 0:26

    snif, snif...ainsi va la vie, pour nous aussi! :-)
  • Haselmann Peter 12/03/2018 23:14

    https://www.youtube.com/watch?v=Gz7LMBHtRWw
    Spatzen sind etwas besonderes.Du hast sie gut erkannt.
    Gruß
    Peter
  • dominati simone 11/03/2018 9:14

    C'est souvent que des oiseaux viennent frapper dans mes vitres , mais en général , passé le premier effet de surprise, ils reprennent leurs esprits et s'envolent .j'ai quand même eu l'occasion d'en trouver deux ou trois morts .C'est la vie ! Moi aussi , je leur mets à manger et j'ai le plaisir de voir différentes espèces et on découvre là que la raison du plus fort ....etc...Bonne image un peu triste que tu nous montres là.
  • Emilio Sirletti 10/03/2018 6:58

    Un texte plein d'émotions pour deux images pleines de tendresse.
    Ciao, Emilio
  • Lily-Rose 08/03/2018 13:10

    Comme je te comprends !
    Il n'y a pas longtemps, une petite mésange est venue se fracasser sur ma vitre en poursuivant une nuée de moucherons. Elle est morte dans ma main tandis que le minuscule moucheron qu'elle poursuivait, coincé sous elle, s'est envolé d'une traite...
    D'avoir cette petite boule de plumes si belle, si fragile et si légère au creux de ma main m'a vraiment touchée, d'autant plus que je suis une fervente partisane de la protection animale et que je les aime profondément.
    Après, le froid, les prédateurs, les maladies, les accidents, sont le "parcours du combattant" de toute vie animale sur terre, et là, je n'inclus pas la barbarie humaine ...
    Bises.
    • Mijo D. 08/03/2018 19:51

      C'est arrivé aussi très souvent que des mésanges se soient jetées sur les fenêtres, mais à part une mésange bleue que je n'ai pu sauver et que j'ai tenue dans ma main, comme toi, j'ai réconforté les autres avec de l'eau sucrée, sur un coton tige, que je leur faisait avaler en le mettant sur le côté du bec. Au bout d'un moment elles s'envolaient, et je savais qu'elles avaient passé le cap. Mais c'est toujours un stress quand j'entend ce bruit sur la vitre...
      Bises
  • Marca Barone 05/03/2018 21:51

    Che tenerezza e che tristezza, così fragili e indifesi... speriamo sempre in qualche anima buona che li assista dando loro cibo e riparo
    ciao Mijo
  • Elena Morian 03/03/2018 18:40

    une histoire très touchante !
    bises
  • adriana lissandrini 03/03/2018 15:12

    Chère Mijo, j'ai aussi vu des oiseaux morts, peu pour la mort naturelle, souvent à cause des chats, mais ton histoire m'a émue, ils sont des créatures si fragiles et délicieuses! et que serait un ciel sans oiseaux? tes clichés sont bien faits, mais la fin est si mélancolique!
    bises Adriana
  • Robert Buatois 03/03/2018 14:06

    Ton texte est touchant, mais si cela peut te consoler, en regardant ton moineau de plus près, je pense qu'il était déjà malade et le froid a fait le reste. Tu ne pouvais rien faire et si tu l'avais ramené à la maison, tu n'aurais pas pu le nourrir convenablement car un oiseau mange peu , mais très souvent, de jour comme de nuit.
    Quant à la brutalité des attaques perpétuées par les autres volatiles, c'est malheureusement la loi de la nature. Il y a quand même une différence. Le prédateur tue très vite sa proie. Nous, trop souvent et dans des abattoirs, je l'ai vu, on ne prend pas de gants. Parfois, la mort n'est pas si rapide que ça et la bête souffre. A ce niveau, nous devons beaucoup à Brigitte Bardot pour son combat contre de telles pratiques cruelles et le résultat obtenu.
    Bises
    Robert
    • Mijo D. 04/03/2018 7:40

      Bien sur que je savais qu'il ne vivrait pas longtemps. Mais vois-tu, Robert, quand on tient dans sa main ces petits corps froids et immobiles, c'est autre choses que de ne plus les voir un jour, et de comprendre qu'ils ont du mourir. Quand à la cruauté des hommes envers les animaux quels qu'ils soient, elle est malheureusement, je le crains, "innéradicable" pour certains. J'en juge par le nombre incroyable de pétitions que je signe contre les mauvais traitements que subissent des animaux de compagnies, entre autres.
      Bon dimanche Robert, bises, Mijo
  • Jojo. 03/03/2018 13:15

    Un texte rempli d'émotion pour la dure vie des oiseaux quand il fait un temps glacial...........................
    Bises
  • Christian Villain 03/03/2018 13:03

    La photo illustre magnifiquement une histoire que j'ai lue jusqu'au bout tout en en devinant l'issue qui allait me bouleverser tant je suis sensible à la détresse et la souffrance des animaux ;comme toi d'ailleurs . Grand moment d'émotion .
    Bises et bon WE .
  • gilles mautref 03/03/2018 10:22

    bonjour , la nature est cruelle mais combien juste !!!!! malheureusement c'est nous , les hommes , qui en faisons les frais quand on a beaucoup de sensibilité ; cela ne nous laisse pas indifférent !!!!! votre petite histoire me touche beaucoup , et j'imagine être à votre place ; votre photographie immortalisée par votre talent est magnifique !
    amitiés et bonne fin de semaine ; gilles