Le mouvement perpétuel...

Le mouvement perpétuel...

928 3

Jean Albert Richard


Premium (World), Runkel

Le mouvement perpétuel...

Une documentation sur l'Oktoberfest serait incomplète si on ne rendait pas hommage aux serveuses, qui durant deux semaines font le va-et-vient entre les stations où la bière est tirée, la cuisine, et les tables dont elles ont la charge. Il faut savoir qu'une de ces cruches à bière pèse 1.300 grammes à vide (je viens d'en peser une pour ne pas écrire de bêtises). Si on y ajoute le poids de la bière, même avec beaucoup de mousse, et qu'on multiplie, on peut se faire une idée de ce que cela représente au total entre la fin de la matinée et 22 heures 30. Nous avons bien connu plusieurs serveuses, ce qui est un atout majeur pour obtenir des places. J'aurai l'occasion d'en reparler.
Le système économique est très simple: les serveuses doivent avoir un fond de caisse de, disons, quelques centaines d'euros au début de la Fête. Elles achètent la bière à un certain prix et la revendent au prix client: la différence, et les éventuels pourboires, c'est ce qu'elles gagnent. Chaque chapiteau comporte un bureau équipé à peu près comme une petite agence bancaire de quartier, où les serveuses peuvent à tout moment faire virer leurs gains sur leur compte personnel.

La photo a été prise en 1984.
Diapositive scannée.

Commentaire 3