Nous utilisons des cookies, afin de personnaliser les contenus et les publicités et d'analyser les accès à nos sites internet. En outre, nous transmettons des informations sur ton utilisation de nos sites internet à nos partenaires pour e-mails, publicité et analyses. Voir détails

Mijo D.


World Membre, Saint Etienne L'Allier

Les visiteurs inattendus

Par un superbe matin ensoleillé alors que j’étais occupée à photographier un rouge gorge qui gazouillait, haut perché sur cet arbre nu qui se détachait à merveille sur un ciel d’azur, j’ai eu une bonne surprise à laquelle, comme toute bonne ou mauvaise surprise, je ne m’attendais pas. Un couple de chardonnerets élégants, est venu se toiletter à côté du rouge gorge.
Je dois dire qu’effectivement la surprise fut grande parce que je n’en n’avais pas encore vus cette année. Normalement ils viennent picorer sur la mangeoire pendant quelque temps, ainsi que les gros becs d'ailleurs, mais cette année le déficit d’oiseaux est tellement grand qu'aucun chardonneret ne s’était pas encore montré, pas plus que les mésanges à tête noire, que nous avions encore l’année dernière. Çà m’a fait plaisir de voir au moins ces deux là, même si les années précédentes j’en voyais beaucoup plus. Ils se sont envolés après leur toilette et je ne les ai plus revus depuis. C’est un coup de chance que le rouge gorge ait attiré mon attention juste à ce moment là. Depuis, moi qui ne songeai jamais à chercher les oiseaux dans les arbres trop hauts, je passe mon temps à lever la tête au moindre gazouillis. Je ne reconnais pas les chants des oiseaux, mais j’ai vu ainsi chanter les verdiers, les pinsons et les rouge gorge, entre autres mésanges et moineaux friquet, ainsi que la grive musicienne dont je n’avais pas encore entendu le chant, et que je pensais ne jamais revoir. Un jardin sans chants d’oiseaux c’est très triste. Je me souviens de certains jours de vraie cacophonie au printemps, chacun s’en donnant à coeur joie. Aujourd’hui il faut tendre l’oreille pour deviner leur présence. C’est bien triste.

Commentaire 23